Fatigue

Ondes wifi fatigue : existe-t-il un réel danger ?

Présente chez les particuliers comme les professionnels, les lieux publics ou les établissements privés, la technologie Wi-Fi permet d'accéder à un réseau internet en toute circonstance. Son utilisation un peu partout offre indéniablement un certain nombre d'avantages, mais les risques liés aux radiations émises par cette technologie restent relativement méconnus.  

Fonctionnement de la technologie Wi-Fi

Le Wi-Fi fait partie des technologies sans fil et avait au départ pour intérêt d'être utilisé en local. Toutefois, avec le développement très rapide de l'ADSL, son usage fut largement démocratisé auprès des particuliers comme des entreprises. Le réseau performant du Wi-Fi donne un accès rapide et surtout sans contrainte à Internet pouvant couvrir plusieurs mètres dans des locaux et plusieurs centaines de mètres en extérieur. Concernant son débit de circulation des données, celui-ci peut aller jusqu'à 25 Mégabits par seconde. 

Une variante appelée WiMax se base sur le même principe, mais arrive à couvrir nettement plus de surface. En ce qui concerne le niveau de puissance des ondes produites par le système du Wi-FI, il se base sur un certain nombre de facteurs. Parmi eux, le volume de données total qui circule sur le réseau ou le nombre d'utilisateurs connectés en simultané.

Le Wi-Fi est-il est un facteur de risque déclencheur de fatigue ?

Il existe deux courants de pensée en ce qui concerne les dangers du Wi-Fi. Le premier estime que la puissance des ondes est bien trop basse pour provoquer le moindre problème. Le second considère que les ondes électromagnétiques de manière générale sont à l'origine de beaucoup de complications de santé dont la fatigue.

Du côté de la science, aucune recherche, étude ou autre test sérieux n'a démontré que le Wi-Fi avait bel et bien un impact nocif sur l'organisme, que ce soit en provoquant des symptômes ou en les aggravant. De plus, la mise en place des ondes Wi-Fi reste toujours largement en dessous des limites légales imposées. Cependant, le Wi-Fi n'a pas encore été innocenté de toutes les accusations qui planent sur lui, notamment pour ce qui est de son lien particulier avec l'évolution et l'augmentation des cas de tumeurs cérébrales chez les utilisateurs soumis à de hauts niveaux d'ondes.

Zones de doute

Un appareil qui fonctionne avec le Wi-Fi émet et perçoit des ondes électromagnétiques qui sont ici à une fréquence de 2400 MHz. Le problème étant que cette dernière est suffisante pour agiter les molécules d'eau et est par ailleurs aussi utilisée dans les micro-ondes. Bien que la puissance de ces ondes est encore une fois supposée être trop faible pour causer de véritables dommages, la question reste en suspens. Ajoutant à cela, la possibilité qu'une exposition à long terme pourrait troubler la physiologie humaine et potentiellement être cancérigène à un certain degré.

Un lien avec l'hypersensibilité ?

Comme susmentionné, les ondes émises par la technologie du Wi-Fi sont électromagnétiques et font donc partie des émetteurs les plus couramment notés comme déclencheurs de symptômes chez les personnes souffrant d'hypersensibilité aux ondes. Cette pathologie a beau être décriée par nombre de scientifiques, il n'empêche que les personnes atteintes développent clairement des effets qui sont difficiles voire impossibles à diagnostiquer. Le doute résidant dans le fait que l'on ne sait pas spécifiquement s'il s'agit bien des conséquences de l'exposition aux ondes.

Possibles symptômes provoqués par l'exposition au Wi-Fi

Si l'on prend en considération que les ondes Wi-Fi sont bien nocives pour l'être humain et peuvent provoquer et aggraver des effets chez les personnes sensibles à ces dernières, on pourrait alors noter un certain nombre de symptômes :

  • Maux de tête ;
  • Troubles du sommeil ;
  • Grande fatigue ;
  • Difficultés de concentration.

On peut aussi ajouter à cela des complications au niveau hormonal avec une possible baisse de la fertilité ou même de fausses couches. Certaines personnes touchées vont jusqu'à porter des vêtements spécifiquement conçus pour dévier ou au moins limiter les dégâts des ondes Wi-Fi sur leurs corps.

Peut-on limiter le fonctionnement du Wi-Fi pour contrer la fatigue ?

Afin de diminuer d'éventuels symptômes induits par la technologie Wi-Fi, comme la fatigue, il est possible d'adopter un certain nombre de gestes qui sont la plupart du temps assez simples à mettre en place. La première chose à faire dans ce cas et de penser tout simplement à désactiver son Wi-Fi lorsqu'on ne s'en sert pas. Il est également important de savoir faire des pauses.

Cette notion est non seulement utile pour baisser l'impact des ondes, mais aussi pour nous débrancher des réseaux Internet qui peuvent parfois prendre trop d'importance dans notre quotidien. Essayez également de rester le plus éloignés possible du modem d'émission pour réduire au maximum l'intensité et la puissance des ondes.

Les Wi-Fi publics

Quand on parle de Wi-Fi public, on peut aussi bien désigner celui des bibliothèques, des écoles, collèges ou lycées. Le problème souligné par certaines personnes à ce niveau-là est que l'exposition aux ondes Wi-Fi deviendrait constante contrairement au système de connexion filaire. Cela pousserait également les étudiants, et plus spécifiquement les plus jeunes, à rester encore plus longtemps accrochés à leurs appareils électroniques, ce qui, en plus d'avoir un impact négatif sur leurs résultats, pourrait être à l’origine de dysfonctionnements cognitifs plus ou moins sévères.

Implémentation dans les transports

La principale inquiétude liée au Wi-Fi présent dans les transports, que ce soit dans les bus, les métros ou les tramways, réside dans le fait que les ondes émises et reçues sont omniprésentes. En effet, ces dernières seraient actives chez nous, dans nos lieux de travail ou de cours et pendant que nous faisons nos trajets. En bref, une exposition quasi-continue alors que toutes les réponses n'ont pas encore été apportées à ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *